Salut Debian je t'aimais bien...

15 avril modifié dans Divers

J'ai longtemps aimé Debian pour sa sobriété, sa stabilité, sa rapidité.
Cela faisait quelques semaine que j'étais Debian Buster (oui bon je sais pas encore stable mais manifestement davantage que la stable-même).
Toujours est-il qu'au niveau de mon portable, je commençais à lui trouver certaines lenteurs, lourdeurs et même blocages.
Je viens le lui préférer une Ubuntu-Mate qui la dépasse en fluidité et réactivité et, forcément, en finition. Une meilleure optimisation à la base pour les portables ?

edit: j'ai un peu hésité entre Ubuntu et Mint, mais comme l'ambiance au sein de l'asso de cette dernière ne semble pas au beau fixe d'après ce que j'ai lu quelque part, je me suis tourné vers une 18.04 LTS. What else ?

«13456

Réponses

  • tu m'aurais dit MXlinux , j'aurai compris

  • C'est peut-être une histoire de pilotes graphiques, de firmware, ou de moteur de rendu de Mate (qui permet les ombres et la transparence, ou non). J'ai la chance d'avoir une bécane bien supportée par Debian stable, donc je ne m'en prive pas.

    Ubuntu mate est cool, mais ça reste une ubuntu. Pas assez stable à mon sens.

  • 15 avril modifié

    Je connais des machines qui refusent toute branche Debian (à moins de profondes modifs )...donc je ne peux critiquer.

  • je pense que l'utilisation de Debian est à laisser à des cas particuliers. Serveur et machines qui ne nécessitent pas d'être mises à jour de façon régulière avec des besoins trop particuliers. Pour du bureau une buntu n'est pas un mauvais choix, kubuntu en particulier.

  • C'est moins stable qu'une debian mais cela a le mérite d'être utilisable tout de suite sans grosse manip derrière (sauf soucis de pilote pour carte graphique par exemple :/ )
    Moi je vais tout changer, la distro et le pc (j'hésite entre un portable neuf dell avec ubuntu et un chromebook. J'ai peur de devoir encore passer mon temps à bidouiller avec le dell sous buntu, mais j'ai peur d'être limité dans mes taches avec le chromebook et de payer la config trop cher pour ce que c'est... :| )

  • Vu l'experience de seboss66 sur Chromebook, j'eviterai. Je passerai a du Lenovo en Ubuntu mate probablement voir kubuntu (un retour a KDE...?)

  • @cyrille a dit :
    Pour du bureau une buntu n'est pas un mauvais choix, kubuntu en particulier.

    je rajouterais surtout en LTS . Je trouve que kubuntu 18.04 est vraiment stable.

  • Kubuntu.

  • Et KDE Neon ? Je teste de manière occasionnelle en VM, c'est pas mal.
    Mais en dur je suis fidèle à Mate.

  • le fait que ce soit basé sur une LTS d'ubuntu avec les dernières mises à jour de KDE, c'est une hérésie

  • Bon...Ubuntu-MATE fait tourner le ventilo comme pas permis et (donc ?) j'ai l'impression que l'autonomie batterie s'en ressent.
    Je me tourne vers Kubuntu et suis positivement étonné

  • J'avais expliqué, il y a quelques temps, le tropisme de la blogosphère française à nous tanner avec Debian. C'est particulièrement vrai sur LinuxFr.org. Autrement dit, je ne suis pas sûr que les linuxiens aient toujours leur libre arbitre en matière de choix de distribution Linux.

    Je me suis détourné de Debian lorsque j'ai vu les spécificités des fichiers de conf. Je pense à Apache et aussi à MySQL, avec la création d'un compte utilisateur servant à faire la mise à jour des paquets. Et puis, je ne suis jamais parvenu à faire trois sauts de versions majeurs sur Debian. C'est vrai également sur Ubuntu. Alors que je n'ai aucun problème sur Fedora depuis la version 17, de mémoire.

  • @bloginfo a dit :
    J'avais expliqué, il y a quelques temps, le tropisme de la blogosphère française à nous tanner avec Debian. C'est particulièrement vrai sur LinuxFr.org. Autrement dit, je ne suis pas sûr que les linuxiens aient toujours leur libre arbitre en matière de choix de distribution Linux.

    Tu veux dire que Linuxfr oblige les gens à utiliser Debian ?
    Pourtant si on regarde les stats distrowatch, c'est toujours Mint qui est en tête.

    Je me suis détourné de Debian lorsque j'ai vu les spécificités des fichiers de conf. Je pense à Apache et aussi à MySQL, avec la création d'un compte utilisateur servant à faire la mise à jour des paquets. Et puis, je ne suis jamais parvenu à faire trois sauts de versions majeurs sur Debian. C'est vrai également sur Ubuntu. Alors que je n'ai aucun problème sur Fedora depuis la version 17, de mémoire.

    J'ai l'expérience inverse, toutes mes montées de version de Debian se sont toujours bien déroulées. Par contre ce n'est pas le cas pour Ubuntu. Et pour Fedora, je n'ai jamais essayé.

    J'adore le système de conf-enable et sites-enable sur Debian, très pratique pour activer ou désactiver des choses à la volée (mais un peu moins pour les containers ou l'automatisation, j'avoue). Mais ça se règle.

  • 17 avril modifié

    @src386

    Je n'ai jamais dit une imbécilité pareille. Je dis que la blogosphère française nous tanne avec Debian, parce que, globalement, on a affaire à des touristes qui n'ont pas envie de se casser la tête. Je fais court !

    Concernant Fedora, tu devrais essayer.

  • 17 avril modifié

    @src386 a dit :smiley:
    Pourtant si on regarde les stats distrowatch, c'est toujours Mint qui est en tête.

    maj 2018 , manjaro en tête , puis MXLinux ( debian ) en debut 2019

  • @bloginfo a dit :
    @src386

    Je n'ai jamais dit une imbécilité pareille. Je dis que la blogosphère française nous tanne avec Debian, parce que, globalement, on a affaire à des touristes qui n'ont pas envie de se casser la tête. Je fais court !

    Concernant Fedora, tu devrais essayer.

    En même temps Debian c'est la distribution universelle, capable de tourner autant sur des serveurs que sur desktop. Tout est upstream, stable, et tu es sûr que le projet ne se fera pas racheter par un plus gros. J'ai fini par abandonner la course à la nouveauté pour me stabiliser sur Debian et j'ai l'impression que c'est le cas pour beaucoup. Donc je suis plutôt un fanatique de cette distribution.

    Je connais très bien Fedora, j'ai passé pas mal de temps dessus (mois ? années ? je ne sais plus). Globalement une Fedora alpha est plus stable que Ubuntu, ça envoie du lourd, mais le rythme de sortie est trop rapide pour moi. J'ai ramassé quelques bugs avec des logiciels qui n'arrivent pas à suivre (Virtualbox, planetary imager). J'ai eu aussi un problème de performance dont je n'ai jamais réussi à identifier l'origine.

  • @src386

    Je suis en environnement serveur, sans interface graphique. Aucun bogue ! Fedora n'est ni une alpha, ni une beta. C'est une distribution Linux stable qui a cette particularité d'être un grand laboratoire. quand on veut avoir un coup d'avance, on travaille sur Fedora ! ;+) Pas sur Debian.

  • Mouais...
    Sans avoir discuté avec mes collègues plus que ça, on a tout mis sur des serveurs cloud avec Debian ou Ubuntu comme OS. Stable et peu de problème.
    Les infogérants idem.
    On a des centaines d'utilisateurs quotidiens.

    A+,
    NicK.

  • 18 avril modifié

    @Nick

    Idem sur Fedora. Aucun problème depuis Fedora 17 !

    La question qui me tarabiscote est de savoir quels sont les critères vous ayant amenés à choisir Debian/Ubuntu. A moins que la question ne se soit en réalité jamais posée ?

  • 18 avril modifié

    @bloginfo a dit :
    @Nick

    Idem sur Fedora. Aucun problème depuis Fedora 17 !

    La question qui me tarabiscote est de savoir quels sont les critères vous ayant amenés à choisir Debian/Ubuntu. A moins que la question ne se soit en réalité jamais posée ?

    Pour ne pas avoir besoin d'upgrader tes serveurs tous les 6 mois.
    Et parce que sans rpmfusion, y'a rien du tout dans les dépôts de Fedora...

  • @bloginfo a dit :
    @Nick

    Idem sur Fedora. Aucun problème depuis Fedora 17 !

    La question qui me tarabiscote est de savoir quels sont les critères vous ayant amenés à choisir Debian/Ubuntu. A moins que la question ne se soit en réalité jamais posée ?

    Pour quelqu'un comme moi qui veux utiliser KDE, Fedora n'est pas la meilleure solution. Mais en vous lisant, je me demande en quoi quelqu'un qui choisirait Ubuntu/Debian sans se poser vraiment la question et qui en serait satisfait devrait subitement se demander s'il ne devrait pas aller ailleurs?

  • 18 avril modifié

    Ma philosophie : on ne change pas ce.qui fonctionne...sur mon vieux clou Debian suffit. Sur un autre pc, c'est fedora qui tournerait mieux...au premier abord car en mettant les mains dans le cambouis tout pourrait se faire.

    Donc je réclame l'asile politique en Be OS 😛, le terrain neutre nostalgique.

  • @src386

    La Fedora est une des distributions les plus fraîches. Je n'y ajoute aucun autre dépôt, à l'exception de certains dépôts éditeurs.

    L'upgrade de la fedora ne pose aucun problème particulier, sauf une indisponibilité liée au reboot. Mais ce n'est pas là, spécifique à Fedora.

  • @bloginfo a dit :
    @Nick

    Idem sur Fedora. Aucun problème depuis Fedora 17 !

    La question qui me tarabiscote est de savoir quels sont les critères vous ayant amenés à choisir Debian/Ubuntu. A moins que la question ne se soit en réalité jamais posée ?

    1. Qui connait Fedora à part les admins Red Hat ? Peu de gens.
      On a besoin de pouvoir trouver des personnes connaissant un minimum l'OS en cas de problème.
      Plus de compétences sur la famille Debian.

    2. La durée de vie :
      "Ce qui fait qu'en moyenne une version est officiellement maintenue pendant 13 mois. " (source site fedora)
      Ben non, nos logiciels tournent des années sur une LTS. On est des pros mais on ne fait pas des mises à jour tout le temps car on a trop de serveurs.

    3. Parce que les principaux logiciels tournent sur Ubuntu ou Debian. Ou ont une image docker sur une base Debian. Et qu'on ne va pas multiplier les OS pour une centaine de machines dans le cloud.

  • J'y rajoute mon grain de sel.

    • quand on dit serveur ou même quand on dit Linux de façon générale, c'est clair qu'on a quand même tendance à dire Debian et de plus en plus Ubuntu.
    • par contre je suis davantage étonné pour une Fedora à la place de Centos qui est quand même largement utilisée.

    De façon générale, je pense que nous faisons tous une crise Linux ou une crise quelque chose. Il est certain que la distribution idéale n'existe pas et que ces derniers temps j'ai quand même l'impression de largement subir.

  • @Nick_au_Repos a dit :

    @bloginfo a dit :
    @Nick

    Idem sur Fedora. Aucun problème depuis Fedora 17 !

    La question qui me tarabiscote est de savoir quels sont les critères vous ayant amenés à choisir Debian/Ubuntu. A moins que la question ne se soit en réalité jamais posée ?

    1. Qui connait Fedora à part les admins Red Hat ? Peu de gens.
      On a besoin de pouvoir trouver des personnes connaissant un minimum l'OS en cas de problème.
      Plus de compétences sur la famille Debian.
    2. La durée de vie :
      "Ce qui fait qu'en moyenne une version est officiellement maintenue pendant 13 mois. " (source site fedora)
      Ben non, nos logiciels tournent des années sur une LTS. On est des pros mais on ne fait pas des mises à jour tout le temps car on a trop de serveurs.

    3. Parce que les principaux logiciels tournent sur Ubuntu ou Debian. Ou ont une image docker sur une base Debian. Et qu'on ne va pas multiplier les OS pour une centaine de machines dans le cloud.

    1) Il y a énormément de doc et de wiki pour Fedora, grosse communauté aussi. Après ils ne se cachent pas d'être une vitrine technologique et ne pas s'adresser aux débutants.

    2) C'est pas faux, mais c'est un peu le débat du stable VS rolling-release (Fedora c'est du semi-rolling-release à mon sens)

    3) Tout ce qui est dispo sous Debian/Ubuntu est dispo sous Fedora, ils sont même en avance pour Docker.

    Je pense qu'il n'y a aucun point négatif sur Fedora, mis à part les dépôts un peu pauvres sans rpmfusion (vlc ? htop ? nginx ...?). Mais j'ai choisi Debian car je n'ai pas envie de réinstaller tous les 6 mois, et parce qu'avec le temps j'ai appris à préférer les logiciels figés, quitte à me coltiner un Firefox ESR.

  • @cyrille a dit :
    Il est certain que la distribution idéale n'existe pas ...

  • 23 avril modifié

    Ce qui m'a fait abandonner CentOS au profit de Fedora, c'est l'obligation de tout réinstaller lors du changement majeur de version. Je préfère 15 minutes d'indisponibilité à une réinstallation complète de l'OS.

    Sur Fedora, on ne réinstalle rien et je ne vois pas la différence avec un upgrade avec changement de noyau sur une autre distribution ! Seul Oracle dispose d'un composant payant pour ne pas avoir à rebooter sur les distributions RH like.

    dnf upgrade refresh
    dnf install dnf-plugin-system-upgrade
    dnf system-upgrade download --releasever=28
    dnf system-upgrade restart
    dnf-system-upgrade clean
    dnf clean all

    @Nick_au_Repos Je pense que tu connais pas beaucoup la Fedora. :)

  • CentOS c'est vraiment un autre monde... pas de version majeure depuis 5 ans. Je ne vois vraiment pas de cas d'usage sur desktop, trop vieux. Par contre sur serveur avec EPEL c'est pas mal.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.