La bombe humaine, c’est moi elle m’appartient

14 avril modifié dans Blog
Ou comment je démissionne de ma place de « responsable informatique ». Au royaume de l’informatique, le Borne est roi Notre histoire commence en 2003, j’ai l’opportunité de quitter BNP Paribas pour devenir prof dans le Cantal. Non, ne rigolez pas, c’est sur le principe une opportunité. Le chef de l’établissement de l’époque est séduit par mon…

«1

Réponses

  • Une bonne décision, sans aucun doute !
    Bon courage pour la suite, et pour ta femme aussi, l'incertitude est toujours ce qu'il y a de pire, encore plus quand il s'agit de santé...

  • Yo,

    la capacité a faire => à faire
    que le prise de seroplex => la prise
    que ce n’est un drame => pas un
    je reçois un mail d’un collègue copie toute la hiérarchie => pfff connard, j'ai connu ça pendant presque 10 ans je supporte plus
    j’étais tout seule => seul
    Les cimetières pleins => sont

    Bonne chance l'ancien, il faut savoir ne pas trop tirer sur la corde et comme tu dis le plus important c'est la santé, c'est une question de priorités au final.

    Tcho !

  • et merci !

  • Salut à tous

    Il y a un bon moment que je me demande "comment fait cet homme pour tenir le coup".

    Bonne décision, mais il faudra tenir bon.

    Il faudra aussi penser à changer de n° de téléphone. Même informé du changement de situation il y aura toujours le "bon" collègue de travail qui tentera sa chance car son problème est vital. Tout le monde le sait bien, il n’y a que Cyrille "le travaillomane" qui peut sauver le monde et ceci à tous moments.

    Tchao

  • J'ai lu l'article dans le métro, et assis en face une dame avait ce t-shirt :

    C'est vrai que je lis depuis plusieurs mois ton blog, quand je vois tes journées de travail & perso saturées c'est sur que cette décision est la bonne.
    Bon courage pour le virage, et profite bien de ce nouveau souffle !
    Au plaisir de te lire sur d'autres sujets que les galères d'informatique

  • Le risque maintenant c'est de continuer à te faire agripper par des sujets informatiques alors que ce n'est plus ton boulot. Il va falloir être diplomate et ferme...

  • Hello tous,

    J'en parlais encore avec une connaissance récemment, je lui racontais que Cyrille Borne avait la force d'écrire des articles de 4000 mots, tout en gérant son parc informatique, en donnant cours et surtout, surtout la vie de famille en plus... ça ne m'étonne pas que tu aies besoin de souffler, il faut parfois dire stop.

    À cette même personne quand elle était dans le même schéma au niveau du travail, je lui disais que le but était d'atteindre "l'Harmonie". :)

    J'espère que tu pourras arriver à ce but ou celui qui te conviendra, dans tous les cas, bon courage.

  • « Les cimetières sont pleins de gens indispensables »

    Cette phrase est culte et me rappelle que lorsqu’on me l’a dite alors que j’étais en mode dépression, je me suis remis en question et fait passer mes priorités, mes projets avant les intérêts des uns et des autres.

    Le seul revers de dire « non » aux gens habitués à entendre « oui » c’est qu’ils ne vont plus te reconnaître, certains vont comprendre, d’autres non. C’est là qu’on sait aussi sur qui on peut compter en cas de coup dur.

    Le tri se fait aussi dans l'entourage. C’est du minimalisme social en somme.

    Bon courage à toi Cyrille, tu prendras les bonnes décisions je pense.

  • Je ne savais pas que tu avais travaillé dans la banque. Bon courage à toute la famille Borne. Beaucoup de repos. Vous en avez besoin ! Bises. Denis.

  • Bon courage mon Cyril !
    En plus d'être d'accord avec les commentaires du dessus, je ne rajouterai que cette citation :

    "Un égoïste, c'est quelqu'un qui ne pense pas à moi."

    Voilà, occupe toi de toi et tes proches, le reste OSEF. :)

  • On a tous besoin de souffler un jour, surtout quand on a une famille et des enfants. Nous on a fait le choix de s'installer à pas loin de 500 bornes de nos familles respectives. C'est un choix assumé et donc nous les enfants gardés par les grands parents pendant les vacances par exemple ben on connait pas. Nos vacances, c'est max 2 semaines tous ensemble et le reste des vacances scolaires c'est en alternance avec papa ou maman à la maison.
    Et là aussi quand tu enchaines le travail, les activités des enfants, l'école, les réunions, et j'en passe, ben il arrive un moment ou tu dis stop. Stop aux amis et faux amis car évidemment, même si t'es surbooké, même si t'as pas de famille proche, ben t'arrives à être là pour tout le monde, pour les assoces, pour les réunions de parents d'élèves, ... même si t'es crevé, l'inverse est plutôt rare. C'est le genre de personne qui passe son temps à te dire "je sais pas comment vous faites...." et là t'as juste envie de mettre un coup de boule.
    Après quand tu pars 3j en vacances non loin de ta famille mais que tu passes pas les voir, tu t'en prends plein la tronche, juste parce que pour une fois t'as réellement envie de profiter avec tes enfants de 3j vrai jour de vacances et pas passer 3j à faire le tour des popottes quand eux viennent jamais te voir, faut juste apprendre à dire non, à penser à soi, à ses (vrais) proches, ses (vrais) amis, ceux qui reviennent vers toi même quand ils ont rien besoin (rare).
    Nous aussi on lâche sur de plus en plus de chose, ça fait pas plaisir à certains MAIS ON S'EN FOUT, nous aussi on veut profiter de la vie.
    Faut se simplifier la vie et d'ailleurs dans ce sens, même si les GAFAM c'est du caca, on envisage l'achat d'un chromebook car au final, ce qui marche le mieux reste android et les smartphones.
    De toute façon, on va tous mourir.

  • @cyrille : je suis en congés la première semaine, si tu es aux alentours de Béziers ...
    Sinon, tu as bien raison de prioriser ... Courage ! Et prends bien soin de toi ;)

  • Tu as fait un bon choix: celui d'essayer de te préserver. Le tout sera effectivement d'essayer de s'y tenir.
    Comme le dit zeodrake (et les autres) prends bien soin de toi, donc...

  • Profite de la plage pendant qu'il n'y a pas encore trop de monde.

  • @Alain ça commence. C'est déjà le bordel sur les routes.

  • Coucou Cyrille ! Je comprends tout à fait ta démarche. C’est indispensable de s’autoriser à prendre du recul sur les choses et remettre de l’ordre.

    Un ami kiné qui est comme un père pour moi me surnomme le lémurien. Il me dit que j’ai une vision du temps bien à moi et de ne surtout pas en changer.

    En étant au chômage depuis bientôt 5 ans en étant handicapé en fauteuil roulant avec des douleurs en permanence j’ai été moi aussi obligé de ralentir. J’ai bien frôlé le burn-out avec un boulot précaire qui a duré 3 ans, que j’adorais (animateur en espace multimédia en contrat aidé), mais dans lequel je m’investissais plus que de raison (le mi-temps est un piège...). Résultat: j’ai une tête de fémur en moins. Ce ne sont pas la majorité de mes anciens collègues qui se sont vraiment souciés de ma santé.
    J'y ai ma part de responsabilités et partant de ce constat, j’ai dû choisir mes priorités. C’est un travail en cours, mais au combien salutaire. C’est indispensable de faire du Marie Kondo dans sa vie et de voir ce qui est vraiment important. Quand tu entres dans cette démarche et que tu prends du recul tu te rends compte qu’une grande majorité des gens (dont j’ai bien fait partie) sont complètement cinglés avec leur rapport au temps (je dis surement ça parce que je ne peux de toute façon pas courir;).

    Concentre-toi sur ta santé ta famille, tes vrais amis, tes élèves et ce qui te passionne. C’est bien le plus important.

    Avec tout mon soutien,
    Thib

  • 15 avril modifié

    Plus sérieusement, si tu peux changer d'établissemnt fais le, tu ne seras jamais tranquille.
    Que tu aies arrêté officiellement les gens s'en branlent, tu resteras le mec qui sait dépanner ...

    Bon courage pour les emmerdes de poupette.

  • Les autres, c'est toujours pareil : Ils se foutent de ta santé, du moment que tu fait le boulot, rien n'a d'importance.
    Il faut savoir être égoïste pour soi et pour les siens, ceux qui comptent vraiment.
    Pour ma part, je gueule facilement. J'ai eu la chance d'être soutenu lorsque la goutte a débordé du vase, cela n'a pas plu en face.
    @cyrille je plussoie l'avis des autres, pense à toi : ce n'est pas facile surtout de tenir mais pense à toi d'abord même si ce n'est pas ton état d'esprit. Tu y arrivera, j'en suis sûr : tu est un "bonhomme"

  • @Clem a dit :
    Plus sérieusement, si tu peux changer d'établissemnt fais le, tu ne seras jamais tranquille.
    Que tu aies arrêté officiellement les gens s'en branlent, tu resteras le mec qui sait dépanner ...

    Bon courage pour les emmerdes de poupette.

    j'aurai tendance à te donner raison, seulement c'est compliqué. C'est le plus gros établissement du coin, c'est le plus proche. Je peux tenter les passerelles vers l'éducation nationale, mais la mentalité est largement plus merdique que l'agricole. On dira que ça fait partie de ma thérapie, et comme le dit @Thomas la véritable difficulté c'est de tenir sans rien faire et de dire non.

  • @cyrille a dit :
    la véritable difficulté c'est de tenir sans rien faire et de dire non.

    voila...et ça n'a rien de facile car on tombe vite dans l'excès inverse en culpabilisant, surtout si derrière il y a quelqu'un d'incompétent. Mais tu as fait le premier pas.

  • @cyrille a dit :

    @Clem a dit :
    Plus sérieusement, si tu peux changer d'établissement fais le, tu ne seras jamais tranquille.
    Que tu aies arrêté officiellement les gens s'en branlent, tu resteras le mec qui sait dépanner ...

    Bon courage pour les emmerdes de poupette.

    j'aurai tendance à te donner raison, seulement c'est compliqué. C'est le plus gros établissement du coin, c'est le plus proche. Je peux tenter les passerelles vers l'éducation nationale, mais la mentalité est largement plus merdique que l'agricole. On dira que ça fait partie de ma thérapie, et comme le dit @Thomas la véritable difficulté c'est de tenir sans rien faire et de dire non.

    Oui, c'est pour ça que je te dis "si tu peux" ;)

    Pour la filière générale il y a beaucoup d'entre-soi et de gens qui ne sont jamais sortis de l'école et n'ont jamais vraiment travaillé donc oui je te donne raison, l'état d'esprit est assez particulier et tu ne tiendras pas bien longtemps avant d'en trépaner un.

    Dans les lycées pro, pour y avoir passé 2 ans, l'ambiance est différente et plein de profs de technique viennent du monde pro, je pense qu'on y retrouve un peu le même genre d'ambiance que dans l'agricole, avec peut-être des profils de gamins un peu différents.
    Mais forcément c'est très dépendant de la filière, entre le bac pro mécanique ou charpente alu et esthéticienne/coiffure, tu n'as pas le même public.

    Selon comment ca tourne, les lycées pros peuvent être une alternative intéressante.

  • Il y a des moments dans la vie où nous sommes capables de mener de fronts de nombreuses taches et obligations.

    • Soit on est très bien organisé, avec de nombreux soutiens (famille nombreuse et proche, nourrices à tour de bras, amis dispos, travail à mi-temps...)
    • Soit on finit par s'épuiser au bout d'un moment. Ce "au bout d'un moment" dépend des individus et des encombres rencontrées en chemin.

    Puis quelques années plus tard, quand les enfants ont grandi et que certaines contraintes ont disparu, il est possible de reprendre certaines activités ludiques et/ou associatives.

    Quand on est dans le creux, il faut savoir se préserver pour assurer avec son cercle proche, femme et enfant(s). Comme le disait un ancien collègue allemand "family first".

  • 450€ par mois, ce n'est quand même pas une petite somme.
    Tu as du y réfléchir plus d'une fois avant de pouvoir imaginer t'en passer.
    Mais quand y'en a marre, y'en a marre !
    Ça reste par contre, un bon argument pour dire non et ne rien faire.
    Tiens bon…

  • 450 € c'est effectivement une somme mais c'est une somme qui doit correspondre à quelque chose. On fera avec, ça va pas nous empêcher de vivre, c'est certainement ce qui nous fera passer sous le seuil d'être non imposable. Dans deux ans on prend chacun un échelon, dans trois ans le garage est payé, c'est donc compensé.

    Quand tu vois que je suis sollicité régulièrement pour des cours de maths, ou même faire une heure ou deux heures sup au lycée, c'est pas la mort. Je rajouterai à ça qu'autant aller bosser chez Mac Do tous les week-ends parce que 450 € pour faire des heures sans discontinuer quand tu sais que c'est une demi journée d'un technicien, il faut remettre les choses à leur valeur.

  • C'est peu et beaucoup à la fois.
    C'est beaucoup parce que c'est, peu ou prou, ce avec quoi vivent les gens seuls au RSA pendant un mois, ca permet déjà de relativiser un peu.
    Mais c'est peu pour être taillable et corvéable à merci, pour l'architecture, les serveurs, le réseau, l'offre logicielle OK mais il y a les utilisateurs ...
    Et quand Cyrille devrait être un enseignant "comme les autres" (les guillemets sont en gras ^^), il se retrouve sans doute très régulièrement dans le rôle du prestataire informatique avec un presque-lien de subordination.
    Tu n'es plus alors dans la position d'un enseignant rendant service à un autre grâce à ses compétences en informatique, mais dans la tâche à accomplir pour cette personne.
    A partir du moment où il y a une contrepartie financière, où c'est tarifié, ce n'est pas vraiment étonnant finalement.
    Mais la relation est compliquée avec pas mal de ce que j'appelle humoristiquement (on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a) un PICC (Problème Interface Chaise/Clavier) ou dit plus clairement un utilisateur qui ne sait pas ce qu'il fait et qui fait de la merde, qui ont tendance à rendre dingue.
    Le genre de prof qui bloque l'impression de tout le monde sur un copieur parce qu'il l'a mis en pause pour sortir ses impressions à 16h30 avant de se barrer et qui gueule quand tu débloques 15 personnes ... Des fois on se retient très fort de pas filer un grand coup de tronche au teubé d'en face quand même !
    Et ça, ça vaut pas 450 balles !!

  • 17 avril modifié

    @cyrille @Clem Je ne dis pas le contraire, mais pour moi ça reste une sacrée somme.
    Si vous pouvez vous délester de ce travail, faites le, vous avez raison.
    Par contre, 450€ la demi journée, ce n'est pas le technicien qui fait le boulot qui les touche, mais son employeur. La subordination reste là.
    Quant à l'utilisateur, c'est quand même lui qu'il faut satisfaire au final (non je ne parle pas d'utilisateurs finauds), sinon, sans lui, on ne sert à rien.
    Après, les emmerdeurs, ils sont partout.

  • @philgra oui tu as raison c'est une sacrée somme mais seulement il faut la recadrer dans une valeur travail. Je fais un plein temps de prof, mon épouse aussi, avec mon épouse si on rajoute la CAF on est aux environs de 4000 € de revenus net mensuels. Cela veut dire qu'on se prend 10% de notre budget en moins.

    Si tu retires les impôts puisqu'on est dans la limite, du fait que ma femme fait des dons aux associations et moi qui suis en frais réel, nos changement d'échelon d'ici deux à trois ans, c'est aspiré, avec la fin du paiement du garage.

    Si tu fais abstraction de la somme 400 € pour arriver au temps 400 €, tu fais le compte que c'est 4 heures de temps prof par semaine. Si tu ramènes après à une prestation de service tu ramènes à 4 heures de temps prestataire par mois. Si tu ramènes à un temps baby sitting, tu peux faire garder tes enfants 40 heures dans le mois.

    Moralité tout travail mérite salaire, si je fais le calcul aujourd'hui, je suis exploité. Le contrat n'a aucun encadrement, aucune limite, les gens et encore plus les profs sont dans l'immédiateté avec tout, si bien que je suis sollicité pour tout.

    S'il apparaissait que c'était la catastrophe et qu'on me demande de revenir dans la partie, je le ferai dans des conditions totalement différentes. Pour l'heure je n'ai qu'une envie, vivre normalement, arrêter de checker mes mails toutes les 4 secondes ou mon téléphone et prendre le temps.

  • les gens et encore plus les profs sont dans l'immédiateté avec tout

    C'est gentiment dit !
    Quand quelqu'un est payé pour être dispo et dépanner de suite il est clair que très vite les "bénéficiaires" du service deviennent des "consommateurs" exigeants. Au final ils n'assument plus rien et font des caprices. Les mettre devant leurs responsabilités, assumer leurs négligences et prises de risques stupides leur fera le plus grand bien. Attendre 2 jours l'intervention d'un prestataire externe c'est très formateur :D .

  • @cyrille a dit :

    Moralité tout travail mérite salaire, si je fais le calcul aujourd'hui, je suis exploité.

    Il est possible que je me trompe, mais je pense que ce n'est pas l'essentiel du ras le bol coté professionnel.
    Pour moi ce sont les sollicitations, exigences, bêtises non avouées de gens qui ne veulent pas apprendre un minimum, qui ne veulent pas faire puisqu'il y une personne payée pour le faire, etc ...

    En plus se sentir corvéable 7/7- H24, pour moi il y a de quoi user les plus solides bonnes volontés.

    Bravo pour ce retour à la normale, et bon courage car il va falloir résister aux gens qui ne vont pas vouloir changer leurs habitudes. Nous le savons tous pour l'avoir vécu, c'est chose plus facile à dire qu'à faire.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.