Tout n’est pas si facile, tout ne tient qu’à un fil

31 mars modifié dans Blog
Vous aurez pu difficilement rater l’histoire de Jean Willot ces derniers temps, encore moins quand vous êtes enseignant parce qu’on est tous des Jean Willot potentiels. De façon synthétique si on suit ce qu’on peut lire dans les journaux, un enseignant attrape par le bras un gamin qui refuse d’obtempérer, la mère porte plainte pour…

Réponses

  • Yo,

    l’adulte lui en aurait retourné => lui en aurait retourné une
    plus efficaces => plus efficaces.

    Tcho !

  • C'est bien ça le drame.
    Une hiérarchie se disant responsable, et quand il arrive (le drame), et bien, il n'y a plus personne.
    Que ce soit le public ou le privé, tu te retrouve tout seul, là, vraiment responsable.
    Il faut un caractère affirmé pour ne pas tomber.
    La vie fait chier, souvent.

  • Oui, pour les techniciens dans les centrales nucléaires, il y a à raconter et ça fait froid dans le dos. Après on s'étonne que je sois contre cette énergie, malgré les côtés positifs.
    Et puis en maintenance industriel aussi... Je lisais l'histoire du décès d'un maintenancier à Cléon, chez Renault. J'ai entendu le même genre d'histoire dans mon boulot, sans le décès... Il y a quelques années. Ca s'est amélioré, il paraît.

    Bon après on a tous eu des bons profs qui ont créé des vocations et des mauvais qui ont réussi presque à nous dégouter, qui ne croyaient pas en nous...Pas la peine de faire des généralités mais les gens aiment les amalgames et généralités. Mais quand je parlais dans mon dernier billet de fantasmer la réalité, il y a chez les parents un gamin placé sur un piédestal, un gamin que l'on croit agir à l'école comme à la maison, ce qui n'est pas toujours le cas.

    Des manipulateurs/trices, il y en a à tout age, dans tous les milieux. J'en ai rencontré et parfois ça peut amener loin, trop loin...

  • Dans le travaillomane que tu décris je vois mon père de la même génération que toi Cyrille qui lui est gestionnaire dans un OPH. Il s’investit pour les autres et en retour à peine un merci.
    J’ai parfois l’impression que moins t’en fait moins on t’en demande et tout roule quand même, mais c’est faire le choix de faire du surplace (donc stagner à un moment donné).

  • En partant de l'actualité et en généralisant.
    https://www.atlantico.fr/decryptage/3569703/plaintes-contre-les-profs--ce-que-la-judiciariation-de-la-societe-francaise-denoncee-par-jean-michel-blanquer-doit-aux-elites-bertrand-vergely

    Je fais parti de la génération qui s'en prenait une en rentrant à la maison. Le moindre problème scolaire c'était double peine.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.