Tout est pardonné

novembre 2020 modifié dans Blog / Forum
Pour moi les semaines se suivent et se ressemblent plus ou moins. Un masque dans la gueule, des élèves qui ne veulent rien faire, un métro, boulot, dodo, presque routinier. Et pourtant, pendant ce temps-là, la France est confinée, presque. J’ai quelque part de la chance, je suis passé entre les virus, je suis libre…

Réponses

  • Merci pour l'article @cyrille :smile: Tu disais que tu allais revenir sur le fait que tu ne mets en place la visio en classe que pour les élèves qui le demandent. Je ne crois pas avoir lu le retour au final ?

  • Si. En fait l'idée c'est de ne rien proposer. A l'époque je proposais du travail supplémentaire pour rattraper, j'imposais des colles et ainsi de suite. Si quelqu'un veut quelque chose, il me demande. Quelqu'un veut faire un travail de rattrapage, il vient me voir et peut essayer, quelqu'un veut un coup de main il demande, quelqu'un veut faire une visio il demande.

    Je suis moins généreux dans ma façon de travailler, car je donne déjà beaucoup. J'estime qu'aujourd'hui si un élève veut quelque chose, qu'il aille le chercher. C'est pareil pour les visios.

  • novembre 2020 modifié

    Merci pour la vidéo de Féfé/Leeroy ;)
    Pas encore fini de lire le reste ...

  • @cyrille : ok je comprends mieux :smile:

  • J'aborderai ce thème du pardon chez moi...reste qu'attendre que ca vienne des élèves ou leurs parents laissera sur le carreau quelques bonnes volontés trop réservées pour oser demander. En ce moment il y a juste des solutions moins pires.
    Mon impression est que l'on continue à se voiler la face là haut , au moins en apparence sur le fait de bien faire dans les domaines clés de la santé et l'éducation. Et qu'on compte sur cette vision liberale de la sélection naturelle pour faire le ménage. L'assumer après ?

  • Je pense que tu fais bien de prendre du recul. Tu en fais déjà beaucoup (trop ?).

    Je partage ton sentiment vis à vis des ados de 14/15/16 ans. J'en ai un à la maison qui ne fait que le minimum syndical. Mais peut-on avoir conscience des enjeux pour son avenir quand on a 15 ans et que les seuls trucs qui nous intéressent sont le dernier youtubeur, les pompes nike à 200€ ou attraper le dernier pokemon rare ?

    Je ne sais pas en quelle année a été annulé la possibilité de redoubler mais est-ce que ça ne serait pas un début de solution ? Comme tu le dis, quoi qu'il fasse ils passeront en classe supérieure, auront leurs examens,... Mais pour quel avenir ? Comme tout travail mérite salaire, de la même façon tout non travail mérite une sanction ! Je dois être un vieux con moi aussi mais j'ai le souvenir d'une certaine crainte à la fin du conseil de classe du troisième trimestre pour savoir si je passais en classe supérieure.

    Je suis pessimiste quant à l'avenir de ces jeunes mais le covid n'est qu'un catalyseur du mal être de l'éducation déjà existant depuis de très nombreuses années. Avec le recul, je suis content d'avoir échoué au capes de maths. Je voulais vraiment être prof mais je crois que je n'aurais pas pu supporter une infime partie de ce que tu supportes.

  • @nikrou la possibilité de redoubler n'a pas été annulée, il y a eu un retour dessus. Le redoublement n'est pas une solution c'est la réorientation vers des filières adaptées qui disparaissent. Le mot d'ordre dans l'éducation c'est de faire de l'inclusion à tout va. Certains élèves chez moi ont un retard mental conséquent par rapport à leur âge, ils sont suivi d'un ou d'une AVS (dédicace @romainhamel ). Le problème du positionnement de l'AVS c'est que si dans certains cas il a du sens pour reformuler des questions, pour certains enfants nous sommes forcés de nous positionner pour laisser faire, pour éviter d'avoir un gosse qui a trois ans de retard mental arriver à 15.

    Je ne ferais pas ce métier si j'étais pessimiste, quand je regarde France 3, je vois des tas d'initiatives de "gamins" autour du recyclage, du bio, et des tas d'autres idées qui nous viendraient pas à l'esprit. Je crois qu'il y a aussi un état d'esprit qui est à changer et c'est un problème de capitalisme.

    A une époque on voyait le jeune comme un requin qui allait faucher le travail du vieux, aujourd'hui il me paraît impératif de faire un accompagnement de nos jeunes qui sont complètement à la ramasse sur tout. Malheureusement, ça ne correspond pas à la société dans laquelle nous vivons.

    Ce qui est certain c'est que les signes ne trompent pas, et que l'éducation fait quand même franchement fausse route : https://www.nouvelobs.com/education/20201127.OBS36684/info-obs-comment-la-reforme-du-lycee-a-eu-la-peau-des-maths.html

  • Je ne dis pas que le redoublement est la solution miracle ou ultime. Mais nombreux sont ces jeunes à qui il manque des repères, des limites, des règles... Le monde des bisounours est bien gentil mais un rappel des règles élémentaires de vie en communauté avec des vraies sanctions derrière me semblerait pas mal.

    Redoubler n'a jamais fait de mal. Evidemment il faut être suivi et ce n'est pas non plus complètement anodin. J'ai redoublé deux fois dans ma scolarité et sur le moment je l'ai eu mauvaise mais avec le recul je pense que c'était une très bonne chose.

    Comme tu dis à la fin c'est l'accompagnement qui est peut-être la clé: un accompagnement pendant la scolarité avec des élèves de classes supérieures par exemple et surtout un accompagnement dans le monde professionnel.

  • Sur un webinaire que j'ai suivi l'autre jour, j'ai entendu des gens "bien informés/placés" dire qu'il y aura certainement des aménagements pour un retour des maths dans le tronc commun. Après, les paroles n'engagent que ceux qui y croient.

  • @Alain a dit :
    il y aura certainement des aménagements pour un retour des maths dans le tronc commun.

    Le décalage entre chez vous et chez nous est devenu immense. Il ne m'est plus possible d'utiliser un livre français.

  • novembre 2020 modifié

    Tu m'étonnes. Mardi dernier, en colle, 2 des 3 étudiants de 1ère année m'ont écrit :
    x=-1/2 x +3 donc -2x=x+3 ...

  • novembre 2020 modifié

    @Alain a dit :
    Tu m'étonnes. Mardi dernier, en colle, 2 des 3 étudiants de 1ère année m'ont écrit :
    x=-1/2 x +3 donc -2x=x+3 ...

    Bien qu'étant une bille notoire en maths je sais que dans une équation il faut mettre tous les x d'un côté et les nombres de l'autre du côté du signe =

    Merci pour ce clin d’œil @cyrille :) Je ne suis plus officiellement AVS depuis 2 ans, mais même en étant Accompagnant pédagogique je me retrouve à minima face à ce même public, à la seule différence que j'ai l'impression de bricoler plus qu'autre chose puisque sur 18 h de mon mi-temps je navigue toutes les heures dans une classe différente. J'ai deux/trois gamins qui auraient besoin de quelqu'un, et qui n'ont personne, mais que j'épaule une heure par-ci par-là chaque semaine.
    J'ai pas le sentiment que ça serve à grand chose ce que je fais, puisque je récupère le gosse une semaine après avec l'accumulation de difficultés.

    Enfin bref.

  • novembre 2020 modifié

    @Alain a dit :
    Tu m'étonnes. Mardi dernier, en colle, 2 des 3 étudiants de 1ère année m'ont écrit :
    x=-1/2 x +3 donc -2x=x+3 ...

    Et bien sûr il ne vérifient pas la valeur de x trouvée dans l'équation de départ, au cas où.

    Je présume que dans l'exemple le -1/2 x c'est un demi de x ? Tu devrais essayer x = -1/(2x) + 3, ça va être marrant à voir

  • @romainhamel a dit :

    @Alain a dit :
    Tu m'étonnes. Mardi dernier, en colle, 2 des 3 étudiants de 1ère année m'ont écrit :
    x=-1/2 x +3 donc -2x=x+3 ...

    Bien qu'étant une bille notoire en maths je sais que dans une équation il faut mettre tous les x d'un côté et les nombres de l'autre du côté du signe =

    Euh en fait il faudrait écrire 2x = -x + 6 donc 3x = 6 et x = 2

  • @CitronDoux a dit :
    Et bien sûr il ne vérifient pas la valeur de x trouvée dans l'équation de départ, au cas où.

    Pourquoi diable perdre du temps à ça ?

    @CitronDoux a dit :
    Je présume que dans l'exemple le -1/2 x c'est un demi de x ?

    Oui, c'est pour cela que j'avais laissé un espacement.

    @CitronDoux a dit :
    Euh en fait il faudrait écrire 2x = -x + 6 donc 3x = 6 et x = 2

    Évidemment, c'était fait pour avoir des valeurs assez simples à manipuler ensuite.

  • @Alain a dit :
    Évidemment, c'était fait pour avoir des valeurs assez simples à manipuler ensuite.

    Oui, parce qu'avec x=-1/(2⋅x)+3 on passe au deuxième degré et là... b²-4ac, x non nul... ce n'est plus du même niveau.
    Au passage, un site sympa quand on a la flemme et pas d'outils matheux sous la main : https://www.solumaths.com/fr/calculatrice-en-ligne/calculer/calculateur

    La démarche est expliquée en plus, de quoi avoir tous les points à chaque DM.

  • Enfin, là, je parlais d'étudiants à bacS+1 ...

  • @Alain a dit :
    Enfin, là, je parlais d'étudiants à bacS+1 ...

    Ça fait peur ! C'est (ou c'était) du niveau 3ème, non ?

  • Il s'agissait d'étudier, dans un premier temps, l'existence de point fixe dans l'étude d'une suite récurrente (arithmético-géométrique en l'occurrence et selon la méthode du cours). La compétence ou savoir-faire relève du collège en effet.

  • @Phreg a dit
    Oui, parce qu'avec x=-1/(2⋅x)+3 on passe au deuxième degré

    Ah ben c’est comme ça que j’avais lu x=-1/2 x +3 et du coup je me demandais comment on pouvait trouver x=2 !! Ça me rassure même si je sais que j’ai oublié 80% du programme de mon bac E qui est bien loin ...

  • @Alain a dit :
    Il s'agissait d'étudier, dans un premier temps, l'existence de point fixe dans l'étude d'une suite récurrente (arithmético-géométrique en l'occurrence et selon la méthode du cours). La compétence ou savoir-faire relève du collège en effet.

    Par contre le point fixe me n'évoque aucun souvenir. J'ai dû enterrer ça dans un recoin obscur de ma cervelle. Pourtant j'ai le souvenir d'en avoir mangé des suites en DEUG.

  • novembre 2020 modifié

    @Alain a dit :
    Il s'agissait d'étudier, dans un premier temps, l'existence de point fixe dans l'étude d'une suite récurrente (arithmético-géométrique en l'occurrence et selon la méthode du cours). La compétence ou savoir-faire relève du collège en effet.

    Tiens, ça doit être un pote à vos élèves :smile:

    Trouvé ici
    https://mobile.twitter.com/tomabangalore/status/1333365380782370817
    (À priori L1 math)

  • Pour moi le QCM c'est de niveau seconde (mon fis y était l'année dernière). Il n'y a pas d'équation à résoudre et ou je ne sais quel calcul.
    Il suffit de savoir ce qu'est une courbe représentative et calculer f(-2). Le plus difficile est de comprendre la question.

  • @nikrou a dit :
    Pour moi le QCM c'est de niveau seconde (mon fis y était l'année dernière). Il n'y a pas d'équation à résoudre et ou je ne sais quel calcul.
    Il suffit de savoir ce qu'est une courbe représentative et calculer f(-2). Le plus difficile est de comprendre la question.

    C'est fou le style de langue ésotérique que les matheux peuvent utiliser. Sans le langage, ce serait plus facile pour des gamins qui ne possèdent pas 1000 mots de vocabulaire et à peine la structure sujet-verbe-complément.

  • décembre 2020 modifié

    @Phreg a dit :

    @nikrou a dit :
    Pour moi le QCM c'est de niveau seconde (mon fis y était l'année dernière). Il n'y a pas d'équation à résoudre et ou je ne sais quel calcul.
    Il suffit de savoir ce qu'est une courbe représentative et calculer f(-2). Le plus difficile est de comprendre la question.

    C'est fou le style de langue ésotérique que les matheux peuvent utiliser. Sans le langage, ce serait plus facile pour des gamins qui ne possèdent pas 1000 mots de vocabulaire et à peine la structure sujet-verbe-complément.

    Euh je ne suis pas prof de math et la profession est très bien représentée ici. Mais je vais me lancer quand même.
    Il ne s'agit pas d'esoterisme mais de sens. Et effectivement si on ne s'approprie pas le sens on ne peut y arriver. C'est la problématique de toute discipline qui a son champ lexical. Tu es OBLIGÉ de nommer les concepts et les "choses" que tu manipules. Le langage courant n'aide pas. Il y a un effort à fournir, indéniablement, c'est l'apprentissage (et la courbe qui va avec).
    Les mots fonctions et graphe ne me semblent pas si ésotériques que ça. Après si c'est la notation u(x) qui gêne, il suffit de poser y = u(x) et hop c'est fait.
    Après si on me parle d'espace holomorphe, je vais me retrouver comme la poule et le couteau.
    Je n'ai pas étudié cette notion, et je ne suis pas sûr d'avoir la capacité d'abstraction suffisante pour arriver à la comprendre.
    Les 2 exemples s'adressent à des prepa d'un côté et des L1 math de l'autre. Donc des jeunes à priori cortiqués pour.
    De plus ce sont 2 exemples basiques de collège ou lycée. Et que tu puisses ne pas y arriver au collège ou au lycée je veux et je peux le comprendre, mais pas là sur ces notions. CQFD.
    Pour la petite histoire j'ai calé assez vite en math en 2e année de DEUG A, ce n'était pas fait pour moi et je restais toujours bouche bée devant mes copains de fac qui préparaient le CAPES et l'agreg de math. C'étaient des extraterrestres pour moi.
    Et dernièrement j'ai retrouvé le livre d'analyse de la fac, j'ai beau me dire que j'y ai travaillé dessus (et j'ai même pointé les exercices à faire) c'est devenu effectivement ésotérique et je me demande comment j'ai pu faire et comprendre à l'époque 😁. Bonne journée.

    PS : le fait de passer mes nuits à jouer à AD&D n'a pas dû aider à ma compréhension des mathématiques 🤣🤣🤣

  • @CitronDoux a dit :

    @Phreg a dit :

    @nikrou a dit :
    Pour moi le QCM c'est de niveau seconde (mon fis y était l'année dernière). Il n'y a pas d'équation à résoudre et ou je ne sais quel calcul.
    Il suffit de savoir ce qu'est une courbe représentative et calculer f(-2). Le plus difficile est de comprendre la question.

    C'est fou le style de langue ésotérique que les matheux peuvent utiliser. Sans le langage, ce serait plus facile pour des gamins qui ne possèdent pas 1000 mots de vocabulaire et à peine la structure sujet-verbe-complément.

    Euh je ne suis pas prof de math et la profession est très bien représentée ici. Mais je vais me lancer quand même.
    Il ne s'agit pas d'esoterisme mais de sens. Et effectivement si on ne s'approprie pas le sens on ne peut y arriver. C'est la problématique de toute discipline qui a son champ lexical. Tu es OBLIGÉ de nommer les concepts et les "choses" que tu manipules. Le langage courant n'aide pas. Il y a un effort à fournir, indéniablement, c'est l'apprentissage (et la courbe qui va avec).
    Les mots fonctions et courbe ne me semblent pas si ésotériques que ça. Après si c'est la notation u(x) qui gêne, il suffit de poser y = u(x) et hop c'est fait.
    Après si on me parle d'espace holomorphe, je vais me retrouver comme la poule et le couteau.
    Je n'ai pas étudié cette notion, et je ne suis pas sûr d'avoir la capacité d'abstraction suffisante pour arriver à la comprendre.
    Les 2 exemples s'adressent à des prepa d'un côté et des L1 math de l'autre. Donc des jeunes à priori cortiqués pour.
    De plus ce sont 2 exemples basiques de collège ou lycée. Et que tu puisses ne pas y arriver au collège ou au lycée je veux et je peux le comprendre, mais pas là sur ces notions. CQFD.
    Pour la petite histoire j'ai calé assez vite en math en 2e année de DEUG A, ce n'était pas fait pour moi et je restais toujours bouche bée devant mes copains de fac qui préparaient le CAPES et l'agreg de math. C'étaient des extraterrestres pour moi.
    Et dernièrement j'ai retrouvé le livre d'analyse de la fac, j'ai beau me dire que j'y ai travaillé dessus (et j'ai même pointé les exercices à faire) c'est devenu effectivement ésotérique et je me demande comment j'ai pu faire et comprendre à l'époque 😁. Bonne journée.

    PS : le fait de passer mes nuits à jouer à AD&D n'a pas dû aider à ma compréhension des mathématiques 🤣🤣🤣

    Pour ce QCM, trop de mots à lire avant la fonction et le choix, simplement. Même si je suis d'accord avec toi sur le besoin de précision/rigueur mathématique.
    Je n'ai jamais brillé en math (même si passé par filière matheuse), juste acquis la maîtrise des outils qui m'étaient utiles par ailleurs. C'est fou comme équations différentielles et complexes deviennent simples quand c'est appliqué. Je me souviens de mon émerveillement quand j'ai utilisé les complexes en électricité, tout est devenu si simple ! Pour bien des notions, mes profs de maths ne m'avaient pas montré leur coté pratique. On voyait tout ça en "par cœur" sans comprendre, ça n'aide pas.

  • donner du sens.
    mes chefs nous le disent tous les jours.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.